[] Lollipop Chainsaw

Juliet Starling

Lollipop ChainsawVoilà un jeu qui a fait beaucoup parler de lui avant sa sortie avec une campagne publicitaire extraordinaire. Tout tourne autour de son héroïne, la belle Juliet Starling. Concours de cosplay, images sexy et colorées, tout y est passé pour attirer l’oeil du joueur. Je ne suis jamais contre un peu de fan service et donc j’ai forcément été attiré par cette campagne de communication… Mais au final, au moment de la sortie, je n’ai pas passé le pas, je ne me sentais pas de mettre 70€ dans ce jeu. Par contre, au prix où on le trouve maintenant, il m’était plus facile de tenter l’aventure.

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de la belle cheerleader Juliet Starling, 18 ans, ça se fête ! La jeune fille se met en route pour rejoindre son boyfriend au parc proche du lycée. Aujourd’hui, elle doit le présenter à sa famille pour la première fois ! Mais sur son chemin, elle découvre que le monde est envahi par les zombies ! Il faut vite qu’elle rejoigne son copain, pourvu qu’il ne lui soit rien arrivé ! Malheureusement, le jeune homme se fera mordre en tentant de protéger sa fiancée. Le pauvre arrive quand même à s’en sortir grâce à Juliet, un petit tour de voodoo (ou magie je sais plus), et le voilà une tête… Oui, juste une tête qui continue à parler et qui va se retrouver attachée à la ceinture de sa fiancée comme un simple porte-clé…

Le couple est prêt à combattre la menace zombie et apprendra rapidement que le phénomène est dû à un mec de leur lycée, un gothique à la Marilyn Manson, véritable rebut dans son lycée comme la société américaine sait si bien générer. Pour se venger, il a ouvert une porte vers l’enfer et lâché 5 champions zombies qu’il va falloir affronter…

Lollipop Chainsaw

Ce jeu a été fait sous cocaïne, ce n’est pas possible autrement… Il est complètement barré, que ce soit pour son scénario où une pom-pom girl armée d’une tronçonneuse téléphone combat des zombies métalleux, punk ou hippie… Sans parler des poulets zombies géants ! Mais il est aussi déjanté au niveau de ses graphismes et textures parfois complètement dégueulasses à en piquer les yeux. On aurait pu se passer de certains filtres utilisés qui tente de donner un style vieillot, mais qui n’ont qu’un effet de gros pâtés dégoulinants…

Lollipop Chainsaw est un beat them all avec du fan service dans un univers délirant. Il me fait penser à un OneChambara réussi; oui, j’estime que le jeu est réussi car j’ai passé un bon moment à jouer tout au long de la petite dizaine d’heures qu’il m’a fallue pour arriver à la fin. Par contre, on n’est pas au niveau d’un Bayonnetta, mais je l’ai fini, ce qui lui donne un bon point. Ce n’est clairement pas le jeu de l’année mais à petit prix, il reste un très bon divertissement, ça compte non ?

[] Source Code

Source Code

Ecrire une review d’un film juste après l’avoir vu, c’est le meilleur moyen pour moi de ne pas oublier de faire un article dessus. Et encore une fois, c’est grâce à cette merveille technologique qu’est la vidéo à la demande que je peux vous parler de Source Code.

Source Code - L'afficheLe capitaine Colter Stevens, pilote d’hélicoptère, se réveille tout à coup dans un train à destination de Chicago, en compagnie d’une jeune femme qu’il n’a jamais vue mais qui semble le prendre pour quelqu’un d’autre. Il s’avère qu’il est dans la peau d’une autre personne et, avant qu’il ne comprenne quoique ce soit, une bombe explose et anéantit tout. Il se réveille dans une capsule étrange et est contacté par le capitaine Godwin. Il va apprendre qu’il se transpose dans le corps d’un autre pour enquêter sur un attentat qui a eu lieu ce matin. Stevens n’a que 8 minutes pour découvrir qui est l’auteur de cet attentat pour éviter qu’il récidive et détruise Chicago en entier.

Nous avons droit à la suite de cela à un capitaine complètement perdu qui va essayer de comprendre à la fois ce qu’il lui arrive et trouver le terroriste. Je ne sais pas combien de fois on retourne dans ce train, en fonction du lieu, on alterne entre recherche du coupable et compréhension de la réalité où l’on s’interroge sur l’état réel du capitaine Stevens? Le doute plane depuis le début et la véritable trame du film est là. Alors oui, c’est dommage d’être tout le temps dans ce train mais ce n’est pas gênant car ça ajoute des scènes à la pétillante Michelle Monaghan. De son côté, Jake Gyllenhaal est excellent, ce mec a la classe, il n’y a rien à dire sur lui.

Bon, pour le scénario, j’ai quand même un problème, j’ai passé un bon moment à regarder ce film, il n’est pas trop long et jamais lassant, cependant, ces histoires de synchronisation avec un autre passager et ces réalités parallèles à travers le code source n’arrivent pas à me convaincre. Jouer sur le tableau des multiples réalités et en plus des voyages dans le temps, c’est très risqué et quasiment impossible à rendre plausible. C’est le grand défaut de ce film, il s’attaque à un sujet extrêmement complexe sur lequel chacun à sa propre vision…

Chérie ? Tu es sûr, tu as bien éteins la gazinière ?

Chérie ? Tu es sûr, tu as bien éteint la gazinière ?

[] Naruto – Tome 55

Naruto 55

Après ma première review d’un tome de One Piece, voici donc un article sur l’autre série manga que je suis fidèlement, comme énormément de lecteurs manga. Naruto et moi c’est une longue histoire d’amour. J’ai suivi la série assez rapidement, je crois qu’on en était à l’examen pour devenir chunin. Je regardais l’anime, achetais les tomes de mangas et j’étais même assez actif sur un forum roleplay sur l’univers des ninjas, ça s’appelait Shinobi No Kuni. J’étais même l’un des maîtres du jeu et responsable du village d’Iwa No Kuni… De bons souvenirs. Puis plus rien, j’ai arrêté d’acheter les mangas vers le tome 11 ou 12 et j’ai complètement abandonné les animes et le jeu de rôle. En début d’année, avec l’aide du « bon coin », j’ai racheté tous les tomes de la série jusqu’au 51 et repris la lecture depuis le début. Et maintenant, tout comme One Piece, j’achète chaque tome à sa sortie.

Naruto est sur l’île cachée de la tortue à s’entraîner afin de maîtriser les différents chakras du Démon Renard. L’apprentissage est utile, mais reste un moyen de le tenir à l’écart alors qu’une énorme guerre s’apprête à éclater entre le monde des shinobis et Akatsuki. Enfin, ce qui reste d’Akatsuki, c’est-à-dire Madara Uchiwa et Zetsu associés au remplaçant d’Orochimaru : Kabuto. Ce dernier a amélioré le pouvoir de contrôle des morts et a levé une énorme armée d’anciens ninjas légendaires. Ce tome lance d’ailleurs la bataille en mettant en avant d’anciens personnages telles que les charismatiques Zabuza, Haku et Asuma. Comme Kabuto contrôle énormément de ressuscités, la plupart d’entre eux ont conscience de ce qui leur arrive et du fait qu’ils soient morts, mais n’ont aucune maîtrise de leurs mouvements. Son emprise va se resserrer, mais laisse tout de même le temps à des retrouvailles entre anciennes connaissances, typiquement Zabuza face à Kakashi.

Les dessins sont toujours aussi sympas, revoir Zabuza en action est un réel plaisir, du pur fan service sans montrer de boobs, c’est classe. Cependant, j’étais assez las de lire une énième baston et un énième entraînement de Naruto. J’ai l’impression qu’on est en mode baston depuis trop longtemps et que l’histoire prend trop de temps pour se mettre en place. L’univers est tellement riche que ça passe quand même bien, mais depuis Shippuden c’est vraiment baston à gogo.

Il est clair que d’avoir décalé la parution de ce tome de presque 3 mois n’aide pas. C’est forcément un point négatif, le tome n’est forcément pas assez gros pour combler ce retard pour nous, lecteurs avides ! Kana a promis d’éditer les prochains volumes plus rapidement (septembre et novembre je crois) et donc nous donner notre dose de ninjutsu. Je pense que je suis lassé car il ne se passe pas assez de chose dans ce tome et j’espère que le prochain sera meilleur et que notre jeune héros entrera finalement en action !

[] Tomb Raider

Tomb Raider

Tomb Raider - édition Combat StrikeCela fait un bon moment que je n’ai pas fait la review d’un jeu vidéo, et en plus je vais vous parler d’un jeu qui vient tout juste de sortir. Le fameux Tomb Raider, ce reboot de la série nous présentant la jeunesse et la toute première aventure de l’icône des jeux vidéos : Lara Croft.

La jeune femme, à bord de l’Endurance, est à la recherche du Yamatai! Civilisation mythique qui n’a jamais été découverte mais qui fait l’objet de nombreuses expéditions infructueuses! A l’opposé du docteur Whitman, Lara pense qu’il faut se rendre à l’est, dans le triangle des dragons, lieu mystique rappelant le triangle des Bermudes. La météo ne les épargnera pas et brisera l’Endurance en deux, envoyant l’archéologue en herbe à l’eau. La jeune femme échouera seule sur une plage de l’île la plus proche. Elle n’est pas loin de ses collègues, mais à travers la tempête, elle n’arrive pas à se faire entendre et ses chances de les rejoindre sont anéanties par un joli crochet dans la mâchoire envoyant la jeune femme dans les vapes.

Elle se réveille pendue la tête en bas dans un lieu rouge sang, éclairé à la bougie, donnant l’impression d’être à un rituel mystique d’une tribu primitive. Elle arrive à se décrocher et se retrouve blessée, à terre, mais, pour notre plus grand plaisir, nous donne l’occasion de la diriger pour la première fois dans cette aventure. La suite, vous la connaissez tous, on ne fait que suivre un couloir avec quelques QTEs (précision pour Môman : QTE = Quick Time Event, il faut appuyer sur les boutons qui apparaissent à l’écran avec le bon timing), on parcourt le chemin montré dans la vidéo de présentation du jeu qui a été présenté à l’E3 (je crois)…

Cette séquence ne représente pas le jeu, c’est la suite qui est intéressante: nous allons devoir survivre dans un milieu hostile, ainsi qu’aux survivants des précédents crashs. La réalité est une grosse claque pour Lara Croft: il faut apprendre à survivre et devenir une aventurière, apprendre à sauter au dessus du vide et s’accrocher à la paroi d’en face, traverser un ravin en équilibre sur un tronc d’arbre… Et ce n’est que le début! Il faudra approcher un cadavre, tuer un animal et le dépecer pour se nourrir, puis survivre aux autres et tuer un homme… Tout ce début de chapitre nous montre que nous avons en main une jeune femme qui n’était pas préparée à tout ce bordel, qui n’a jamais fait le con à 15km de haut accrochée d’une main, qui n’a jamais eu à exploser le crâne d’un homme… Et le jeu d’acteur est là pour nous le montrer, on se demande si la demoiselle n’est pas au bord de la crise de nerfs, si elle ne va pas exploser en plein vol pour tout abandonner et se laisser mourir, mais sa force d’une caractère la transformera rapidement en véritable aventurière, en machine de guerre capable d’anéantir toutes menaces…

Désolé ma biche, mais il va falloir tuer pour survivre...

Désolé ma biche, mais il va falloir tuer pour survivre…

Elle devient un véritable Nathan Drake, tout le monde le dit, et ce n’est pas difficile de faire le rapprochement entre les deux héros tellement les jeux sont proches dans la construction. On enchaîne escalades, combats et séquences vidéos, faisant avancer le scénario au même rythme qu’un Uncharted. Et les mecs de Crystal Dynamics ont eu totalement raison de prendre comme exemple cette superbe franchise et s’en sortent à merveille. Il n’y a aucun temps mort et on n’a jamais envie de s’arrêter! J’ai été littéralement happé par le jeu comme seuls les Uncharted arrivent à faire!

Une chose diffère avec Lara Croft par rapport à Nathan Drake, c’est son magnifique arc. J’ai pris un réel plaisir à essayer d’anéantir mes ennemis sans me faire remarquer. Elle maîtrise son arc à la perfection et c’est une arme silencieuse et monstrueuse; je m’en servais même souvent comme arme principale dans les combats ouverts contre des hordes d’ennemis. D’ailleurs, la jeune femme pourra récupérer des matériaux dans des caisses, sur les cadavres des ennemis ou dans les quelques tombeaux cachés sur l’île, et s’en servir pour améliorer ses armes. Ainsi, elle pourra améliorer son arc pour le rendre plus puissant, précis, améliorer sa cadence de tir ou encore utiliser des flèches explosives !

De quoi rendre jaloux Kevin Costner dans Robin des Bois ...

De quoi rendre jaloux Kevin Costner dans Robin des Bois …

Je viens de parler des tombeaux cachés. Ne pensez pas trouver les immenses jeux d’escalade comme dans Assassin’s Creed, mais plutôt une seule petite salle contenant une énigme d’escalade jamais trop compliquée, mais toujours originale. Au bout, on trouvera un gros gain en matériaux pour améliorer nos armes et souvent une carte au trésor nous permettant de trouver plus facilement les reliques, livres et géocaches cachés dans la zone. Il vous faudra d’ailleurs tous les trouver si vous voulez terminer le jeu à 100%, c’est simplifier par ces cartes au trésor et par le don qu’a Lara pour mettre en valeur ses objectifs en appuyant sur LB, mais ne vous permettra pas de tout trouver facilement. Dans chacune des zones, il existe des objets cachés qu’il faudra détruire, comme des posters, des énormes cocons ou des plus subtiles colliers en forme de soleil. Heureusement, ces objets apparaîtront en dorés lorsque vous activez l’instinct de Lara (LB) et que tout passe en noir et blanc, petite aide mais qui n’empêche pas de nombreux aller-retour pour tous les trouver. Lara peut d’ailleurs se téléporter entre les différent feux de camps, nous permettant de revenir sur des lieux déjà visité pour reprendre une recherche après avoir avancé dans l’histoire. Ces feux de camps sont des lieux de repos permettant d’attribuer les points de compétences gagnés où d’améliorer ses armes…

Techniquement, je n’ai rien à redire, c’est superbe. L’île est crédible et les personnages très bien modélisés, nos coéquipiers sont un peu des stéréotypes mais ça ne gène pas l’aventure; ce qui compte, c’est la jeune archéologue qui s’affirme et devient une véritable aventurière shootée aux scènes d’action de notre époque…

Tomb Raider

Il me reste un sujet, les QTEs. Je vous en ai parlé au début, ils se font plus rares lors du reste de l’aventure mais sont toujours présents. Même si certains m’ont un peu énervé, ils sont plutôt bien fichus, logiques et bien intégrés dans le décor. Bon, ils m’ont quand même valu quelques morts… D’ailleurs, sur ce sujet, il est toujours amusant de voir notre héroïne mourir embrochée par un tronc au niveau de l’estomac, par une branche traversant la mâchoire pour sortir derrière la tête, ou s’enfonçant sur une lance plantée dans le sol…

J’en parle rarement mais cela faisant partie de la promo du jeu, l’archéologue est doublée en français par Alice David. Bref, elle s’en sort très bien…

Ce Tomb Raider est un excellent jeu qu’il ne faut pas rater. Certes ce n’est plus la même Lara Croft qu’il y a 15 ans, mais il faut vivre avec son temps, et ce reboot est une véritable réussite. Pour finir le jeu à 100% sans guide, il m’aura fallu pas loin d’une vingtaine d’heures mais ce n’était que du plaisir… Et pour qu’un jeu me motive à fouiller tous les recoins pour le finir à 100%, c’est qu’il vaut vraiment le coup ! Alors foncez !

[] Hunger Game

120x160 Hunger 24_10

Lors de sa sortie en salle, ce film a fait beaucoup parler de lui. Plus exactement, la promotion du film a été énorme et intense. Un matraquage total flirtant entre Harry Potter et Battle Royale. J’étais à la fois curieux et dubitatif.

Depuis la dernière grande révolte, les districts, grands perdants de cette guerre, doivent fournir chaque année une jeune fille et un jeune homme qui devront participer au Hunger Game. Un grand show télévisé dans lequel les participants s’entre-tuent et tentent d’être le dernier survivant pour être désigné gagnant. Dans le district 12, c’est l’heure de la moisson devant désigner ses deux représentants. Primerose a atteint l’âge pour être choisie et angoisse à l’idée d’être tirée au sort. Sa grande soeur Katniss tente de la rassurer… Le sort leur jouera un mauvais tour, car c’est l’unique coupon de la jeune soeur qui est tiré et Katniss n’hésite pas à se porter volontaire pour la sauver. Elle sera accompagnée du jeune Peeta pour représenter son district. Il leur faut rapidement dire au revoir à leur famille avant de partir pour la capitale. Le jeu ne commencera pas de suite, il faut d’abord se présenter au public et tenter de plaire aux sponsors. Ces derniers pourront influencer le déroulement du jeu en faisant parvenir des objets à leur chouchou.

hunger_games_1

C’est d’ailleurs sur ce point que le film a gagné ma sympathie. Ce côté présentation me fait penser à des gladiateurs des temps modernes issus de la pauvreté qui pavanent dans un monde de richesse absolue. Le clivage entre les pauvres des districts aux couleurs ocre et les riches hyper colorés est très bien rendu dans cet univers post-apocalyptique. J’ai beaucoup aimé ce côté où les joueurs doivent faire abstraction de la peur d’une mort quasi certaine pour faire la promotion d’eux-mêmes. Contrairement à Battle Royale, le jeu n’est pas qu’une punition infligée au peuple, c’est avant tout un divertissement. Ma femme m’a fait remarquer, à juste titre, qu’il y avait un petit côté Truman Show dans la présentation du jeu.

Dans le rôle principal, on retrouve Jennifer Lawrence qui s’en sort très bien. Dans les second rôles, on notera la présence de pas mal de têtes connues tel que les géniaux Woody Harrelson et Donald Sutherland et le chanteur Lenny Kravitz. Le casting est cohérent et agréable tant pour ses quelques stars que pour tous les jeunes participants au Hunger Game.

Pour conclure, je dirais que ce film est une bonne surprise et son battage médiatique m’avait préparé a beaucoup moins bien.

hunger-games